Cédric De Cecco dresse le bilan d’un parcours en deux temps lors du Ypres Rally Belgium WRC

17 août 2021 à 06h38

Cédric De Cecco dresse le bilan d’un parcours  en deux temps lors du Ypres Rally Belgium WRC

Il y a les données brutes, avec une 15ème place générale, une 8ème position en WRC3 et un 6ème rang au classement ‘belge’, puis il y a le temps de l’analyse. Pour Cédric De Cecco, la manche belge du WRC 2021, l’Ypres Rally Belgium, s’est disputée en deux temps. Avec une première journée compliquée, puis deux étapes où l’amélioration était manifeste…

 

Cédric De Cecco n’est pas du genre à chercher des excuses. En concédant près de 2 minutes aux meilleurs concurrents du WRC3 lors de la seule première étape de vendredi, le Liégeois à la Skoda Fabia Rally2 Metior Sport ne pouvait bien sûr pas être satisfait. « Inutile de se cacher, en performance pure, c’était compliqué, explique Cédric. Assez paradoxalement, au volant, le feeling était plutôt bon, mais les temps ne suivaient pas. En fin de journée, j’ai pris le temps de tenter de comprendre pourquoi on pointait dans le top 10 alors qu’on revendiquait un top 5. Primo, la dernière fois que j’ai disputé complètement le rallye d’Ypres, c’était en 2013 au volant d’une R2. Sur ces spéciales-là, avec ce type de voiture, je manquais clairement de roulage. Ensuite, il y avait la prise de risques. Après la sortie de route en Croatie, qui a généré des frais importants, je n’avais tout simplement pas envie de chercher le dernier carat et le dernier dixième. Prendre le départ d’une épreuve du WRC a un coût, casser l’auto en a un autre. Inconsciemment peut-être, j’ai fait preuve de prudence. Et donc de raison. Enfin, on s’est aperçu que je perdais régulièrement quelques dixièmes au passage des ‘T’, très nombreux ici. Au total, cela fait beaucoup de secondes qui se sont envolées… »

 

Samedi, dès l’aube, Cédric revisionnait les images on-board des spéciales de la deuxième étape, afin de tenter de corriger ce qui pouvait l’être. « Dans les freinages/relances, cela a d’emblée été mieux, et en dehors d’un tout-droit dans Hollebeke, la satisfaction était au rendez-vous. Au bout de l’étape, j’ai perdu une cinquantaine de secondes sur la tête, ce qui était fondamentalement différent de vendredi. Avec un tel rythme, le top 5, voire mieux, était jouable… »

 

C’est avec une certaine impatience que Cédric attendait les spéciales du dimanche, tracée autour du et sur le Circuit de Spa-Francorchamps. « Un tracé plus naturel pour moi, ce qui s’est traduit par deux 5ème temps, un 4ème et un 2ème meilleur chrono en WRC3, reprend De Cecco. Dans Stavelot 2, j’ai été plus rapide que Yohan Rossel, qui me prenait 2’’8 au kilomètre lors du Monte-Carlo ! Preuve que la progression se poursuit. J’ai rentré une Skoda sans la moindre gratte, et je n’ai pas connu une seule crevaison, en dépit des passages dans les cordes vendredi et samedi. Ce qui constitue une belle satisfaction. Et puis, n’oublions pas que chaque présence au départ d’un rallye repose sur la confiance de mes partenaires. Je n’ai personnellement aucune fortune personnelle à investir dans le rallye, mais seulement un enthousiasme et une envie de partager ma passion. Cela rend les choses plus difficiles, certes, et à chaud, ça peut parfois paraître frustrant. Quand on tient compte de tous ces éléments, la prestation lors de ce Ypres Rally Belgium relève d’une certaine logique… »

 

A Ypres, la Skoda Fabia Rally2 Metior Sport de Cédric De Cecco portera les couleurs de Yacco Belgique, Roof Isolation, Distrifac, Pepinster Primeur, Auto-Ecole Georges, Groupe Mazzoni, CED Belgium, AlterEgo, Hofman Signalisation, Wallonia.be, NPRTechnic, CDC Automotive, Tonic, TManagement et SPA Racing.

 

Photos libres de droits : Honza Fronek