Alexandre Delhez et Baptiste Gengoux remportent la 2ème édition de l’East Belgian Rally VHRS

26 septembre 2022 à 06h43

Parallèlement à la manche du Kroon-Oil Belgian Rally Championship, hautement spectaculaire, l’East Belgian Rally 2022 proposait une annexe VHRS qui a répondu à toutes les attentes. Avec une trentaine de concurrents au départ, la quantité était au rendez-vous, mais plus encore la qualité, puisque de nombreux spécialistes belges de la régularité avaient répondu à l’appel des organisateurs de l’A.M.C. Sankt Vith et du Tieltse Automobielclub.

 

Et les concurrents VHRS ont pu s’en donner à cœur joie sur un parcours rigoureusement identique aux équipages en ‘vitesse’, soit trois boucles de quatre spéciales. « Histoire d’y aller crescendo au niveau des difficultés, la moyenne à respecter a augmenté au fur et à mesure de la journée, explique Eric Chapa, en charge de la gestion sportive. Avec en guise de point d’orgue l’ultime boucle, disputée de nuit, à une moyenne de 65 km/h, avec des spéciales sur lesquelles les concurrents BRC étaient déjà passés à deux reprises. Ce qui explique que la lutte a été intense jusqu’au bout… »

 

L’épreuve débutait par un premier fait de course majeur, avec la sortie de route rapide d’Yves Deflandre et Jennifer Hugo (Porsche 911), qui devaient d’emblée en rester là ! Par la suite, Julie Kenis et Bjorn Clauw (BMW 325i E30), qui pointaient dans le bon wagon, étaient victimes d’un début d’incendie, tandis que Lucien Letocart et Olivier Maréchal renonçaient avec leur Opel Manta B GSi, également victimes d’un écart de trajectoire.

 

En VHRS 65, Alexandre Delhez et Baptiste Gengoux (Ford Escort MK1) se retrouvaient aux commandes dès l’ES2 Bütgenbach 1, position que le duo n’allait plus jamais quitter par la suite ! « Personnellement, je n’avais plus roulé depuis Bastogne, et je pensais être un peu rouillé en début d’épreuve, explique Alexandre Delhez. Et puis, on a d’emblée pris la tête, pour ensuite gérer notre avantage. Nous savions que la dernière boucle serait délicate, et avec Baptiste, nous avons mis un point d’honneur à consolider notre avance dans le dernier passage de Büllingen et Bütgenbach. Les deux autres spéciales étaient moins délicates, mais il a fallu rester attentifs jusqu’au bout dans le noir à 65 km/h de moyenne ! Bravo à l’organisation, qui a su proposer une épreuve VHRS qui compte parmi les plus belles. Depuis le Sprint de Saive en 2017, j’avais accumulé les 2ème et 3ème places, et là, je tiens mon premier succès en VHRS. Avec mon copilote, cette victoire nous tenait à cœur. Je suis également très fier de l’avoir partagée avec mon papa, qui nous a suivis toute la journée… »

 

De son côté, Baptiste Gengoux se félicitait de ce succès pour sa première épreuve en commun avec Alex Delhez… « C’était des conditions bien belges, et le soir, dans la foulée des concurrents BRC, on a allègrement dégusté, sourit le copilote. Chacun y est allé de sa petite frayeur, mais de notre côté, l’Escort a bien fonctionné. Cette formule VHRS est vraiment intéressante, avec des joutes sur routes fermées, le tout à des tarifs abordables… »

 

Dans le sillage des vainqueurs, la bataille a été totale d’un bout à l’autre de la journée, René Georges et Robert Vandevorst (VW Golf GTi) d’une part, Patrick Lambert et Yannick Albert (BMW 2022 Ti) de l’autre, se passant et se repassant, et c’est le duo belgo-luxembourgeois de la BMW qui avait le dernier mot, pour 1,7 point ! Un souffle…

 

« Ce qui a fait la différence ? Le coefficient d’âge de notre voiture, plus avantageux que celui de la Golf, commente Yannick Albert. Pour le reste, super chouette journée, bien rythmée, avec cette boucle de nuit qui est vraiment un plus, dès l’instant où on a de moins en moins l’occasion de rouler dans de telles conditions. Parfait ! »

 

Le top 6 de Saint-Vith était complété par la très belle Opel GT des efficaces Frederik Vancrayenest et Guy Desmet, la Porsche 911 de Didier et Florent Gathy, ainsi que l’Opel Kadett 1600 S Rally de Claude Ninane et Christophe Simon.

 

A noter la 10ème place finale de Pierre Delettre, organisateur des Legend Boucles @ Bastogne, et Christian Bernard, qui partageaient l’habitacle de la désormais bien connue Ford Escort MK1. Un bolide qui s’est retrouvé sans éclairage pendant quelques centaines de mètres en soirée, ce qui a contribué à priver le duo d’une position encore plus avantageuse.

 

En VHRS 50, après l’abandon de Michel Decremer et Patrick Lienne (Opal Ascona 400), favoris logiques, victimes d’un alternateur défaillant lors de la deuxième boucle alors qu’ils pointaient en tête, la victoire semblait être promise à Dominique Dufrasne et Isabelle Dogné (BMW E30)… qui commettaient une erreur lors de l’ultime spéciale, Burg-Reuland 3 ! Résultat : André Neutelers et Guy Hardenne (Saab 99 EMS) récupéraient un leadership qu’ils avaient longtemps occupé et remportaient la victoire pour 4 petits points !

 

Au bout de cette deuxième édition de l’East Belgian Rally VHRS, la satisfaction était généralisée auprès des concurrents. De très bon augure pour la suite, et pour une discipline dont on reparlera très bientôt. Ce qui est d’ores et déjà acquis, c’est que les experts de la Régul’ seront de nouveau de la partie à Saint-Vith en 2023 !

    

Classement final : https://ebr2022.jbtc.be/overall 

 

Photo libre de droits : Michaël Deculenaire & Jacques Guisset / Automag.be

Voir aussi